Anna Stiller, Annegret Eisele, Antoanetta Marinov, Bianca Pedrina, Chloé Dugit-Gros, Corinne Chotycki, David Heitz, David Semper, Dietrich Eckert, Fabio Marco Pirovino, Hagar Schmidhalter, Jennifer Caubet, Kaspar Müller/Tobias Kaspar, Letizia Romanini, Max Leiss, Natalie Danzeisen, Pierre Soignon, Raphael Linsi, Simone Häfele, Thomas Isler, Thomas Schlereth, Tina Z’Rotz & Markus Schwander, Vittorio Brodmann, Vytautas Jurevicius

Regionale 10

Opening: Saturday, November 28, 2009, 7pm (Open House from 11am-6pm)

Dans son édition spéciale anniversaire de la Régionale, la Kunsthalle Bâle présente 24 positions artistiques. Lors de l’examen des dossiers déposés, le jury (Adam Szymczyk, directeur de la Kunsthalle Bâle, Annette Amberg, assistante curatrice de la Kunsthalle Bâle et Maja Wismer, historienne d’art) s’est laissé surprendre et guidé par des positions variées. En l’absence de thème défini ou de concept d’exposition, le regard et donc les critères de sélection sont restés libres ; du coup, la curiosité et l’intérêt pour des positions inconnues et surprenantes sont passés au premier plan. Par conséquent, l’exposition présente des positions plutôt jeunes d’artistes bâlois, d’artistes issus de l’Académie des Beaux-Arts de Karlsruhe, respectivement de son annexe à Fribourg dans le Breisgau, d’artistes alsaciens ainsi que de deux boursières de l’iaab en France.

La présentation et la confrontation dans la salle d’exposition de stratégies artistiques très variées rendent visibles les intérêts communs formant différents accents. David Heitz, Jennifer Caubet et Corinne Chotycki travaillent avec des meubles qu’ils analysent et dénaturent ; se basant sur cette expérience, les artistes construisent des objets qui, insérés dans le discours artistique, défendent leur place en tant que meubles.

Comme autre accent, on peut nommer le travail sur la peinture en tant que médium et le travail avec l’image clichée de la société propre aux peintres – Raphael Linsi, Annegret Eisele, Vittorio Brodmann, Chloé Dugit-Gros et Simone Häfele ont travaillé sur ces sujets sous différentes perspectives et ont traduit leurs résultats dans des formats variés.

Des images de la société, ou bien des types idéaux, façonnés par la mode, le film et les médias de masse forment le sujet des travaux artistiques de Kaspar Müller, de Tobias Kaspar et de Vytautas Jurevicius. Avec leurs travaux, les artistes ne commentent ou ne jugent pas ces stéréotypes donnés, mais ils les reflètent et, de manière indirecte, les proposent au débat. Les photographies d’Antoanetta Marinov et de Bianca Pedrina, le travail in situ de David Semper et les objets de Thomas Schlereth peuvent être décrits comme situations sculpturales.L’exposition dans la Kunsthalle Bâle rend donc visible une toile de rapports qui reste assez souple afin de présenter le travail artistique de la région dans toute son hétérogénéité.